APPAREILS DE MESURE DE LA QUALITÉ DE L'AIR CONNECTÉS

Nos différents appareils :

Appareil de mesure de la qualité de l'air Smart Air Box Tuya Wifi - France UV-C

Smart Air Box TUYA Wifi

Prix : 55.00€

Appareil de mesure de la qualité de l'air - MAC - Monitoring Air Control Tuya - France UV-C

MAC - Monitoring Air Control

Prix : 180.00€

Dans le monde entier, la qualité de l’air est source d’inquiétude. Pour les français, elle est même la deuxième préoccupation environnementale, juste derrière le changement climatique.

Les appareils de mesure connectés présentent l’intérêt de suivre, en continu, la qualité de l’air intérieur, peuvent mettre en évidence des pics d’émission et également vous alerter en cas de taux dangereux.

Ces appareils connectés ont l’avantage d’assurer un suivi quotidien et mensuel sur une longue période, reflétant ainsi une exposition chronique de l’individu. Une fois que l'appareil est acheté, il ne nécessite pas d’entretien particulier (pas d’étalonnage) et peut ainsi être amorti sur la durée.

L'acquisition d’un appareil ne doit pas se substituer à un changement de comportement et l’adoption de bonnes pratiques. Le premier élément à bannir du logement est la cigarette. Puis, sans avoir besoin de les mesurer, pour limiter la présence de COV, il est essentiel de restreindre l’utilisation de parfums d’intérieur et autres désodorisants, y compris les huiles essentielles.

La qualité de l’air intérieur ne se résume pas seulement à la température  et l’hygrométrie.

En période hivernale, il est pertinent d’avoir un thermomètre, afin de savoir si le froid ressenti est objectivement lié à la température de la pièce ou subjectivement lié à la fatigue ou à l’inactivité.

Le suivi de l’hygrométrie permet également de savoir si le logement est plutôt humide ou plutôt sec. En conservant une hygrométrie quotidienne, comprise entre 40 et 60%, on réduit le risque de développement fongique. Supérieure à 60% (hors activités génératrices d’humidité), le logement présente un ou plusieurs désordres : problème de ventilation, d’isolation, chauffage d’appoint inapproprié (poêle à pétrole, 1L de pétrole brûlé = 1L de vapeur d’eau), une suroccupation, des infiltrations…

En complément, le suivi du CO2 peut également s’avérer intéressant. Il est lié à la présence des occupants (émis lors de la respiration). Lorsque la concentration dépasse 1 000ppm, l’air commence à être confiné, le renouvellement d’air est alors déficient, cela peut sous-entendre, que les polluants présents dans le logement restent également piégés. Ils ne sont pas évacués. Trois actions complémentaires peuvent être mises en œuvre : 

  • l’aération manuelle pour compenser,
  • la révision du système de ventilation défaillant,
  • la mise en liaison avec une ventilation compatible IoT permettant le déclenchement de celle-ci en votre absence.

La mesure des particules fines appelées PM2.5 (particules dont le diamètre est de 2.5μm) et très fines PM1.0 (particules dont le diamètre est inférieur à 1μm), est tout aussi importante. Comme toutes particules, elles sont constituées d’un mélange de différents composés chimiques. Elles sont émises principalement lors des phénomènes de combustion comme quand vous cuisinez, formées par réactions chimiques à partir de gaz précurseurs présents dans l’atmosphère ou issues de la pollution liée au trafic routier. Elles ont un effet très néfaste sur la santé. L'exposition chronique contribue à augmenter le risque de contracter des maladies cardiovasculaires et respiratoires, ainsi que des cancers pulmonaires. Les effets sur la santé sont dépendants de la taille des particules. Les particules fines, inférieures à 2.5 µm, impactent à long terme la santé cardiovasculaire. Les particules PM2.5 issues du trafic routier altèrent aussi  la santé neurologique (performances cognitives) et la santé périnatale.

Informations concernant la qualité de l'air intérieur  et les capteurs:

                                                                                    Mentions légales